7 clés pour réduire efficacement le turnover en entreprise !

Lisa Vallini

6 min de lecture

C’est évident, assister à un roulement du personnel ne fait jamais plaisir, surtout quand ce taux grimpe et qu’on ne sait plus où donner de la tête. Et si on en croit le boss des statistiques, l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques), ce chiffre ne cesse d’augmenter depuis 30 ans. Alors, comment réduire le turnover en entreprise et ne pas faire partie de cette tendance ?

1. Identifiez les causes du turnover dans votre entreprise

Avez-vous déjà entendu quelqu’un quitter son entreprise sans raison ? Lorsqu’un salarié annonce sa volonté de découvrir d’autres horizons, il y a généralement anguille sous roche. Même si on aimerait croire que notre collègue a simplement perdu l’esprit, on doit avouer que c’est rarement le cas.

Bien sûr, se remettre en question ne veut pas dire que tout est à jeter dans son entreprise, néanmoins cette nouvelle est un excellent moyen de faire le point pour les ressources humaines.

À noter : le taux de roulement correspond à un indicateur incontournable dans une politique RH. Pour être au clair sur votre faculté de rétention du personnel, pensez à inclure le calcul du taux dans votre reporting mensuel ou trimestriel. Pour éviter des ruptures de contrat à la chaîne, observez aussi d’autres leviers comme le taux d’absentéisme.

Pour commencer votre enquête, vous pouvez envoyer un formulaire simple et efficace pour recueillir un maximum d’informations. Généralement, on compte 6 raisons principales qui poussent un salarié à aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs :

  • un manque de reconnaissance ;
  • des conditions de travail inadaptées ;
  • aucune perspective d’évolution ;
  • une pression élevée ;
  • une rémunération au ras des pâquerettes ;
  • une mauvaise intégration au sein de l’équipe.

Plus vous serez au clair sur les causes d’un turnover important, plus vous pourrez affiner votre stratégie. On va voir tout de suite comment prendre en compte ces facteurs pour réduire un turnover élevé.

À noter : votre secteur d’activité peut naturellement présenter un renouvellement des effectifs plus élevé que les valeurs moyennes comme l’explique l’INSEE.

2. Portez une attention particulière à votre processus de recrutement 

La deuxième étape pour réduire le nombre de départs peut paraître évidente, pourtant sa mise en place n’est pas la plus simple : soigner son processus de recrutement. Et oui, choisir ses nouvelles recrues demande de valoriser la culture d’entreprise afin d’être certain que les embauches fonctionnent au niveau des compétences, mais aussi avec le reste de l’équipe. S’il y a un décalage important sur ces points, votre collaborateur risque de ressentir une grande insatisfaction, et vous aussi.

Plus vous accorderez du temps et de l’énergie pour trouver la perle rare sur le marché de l’emploi, moins votre taux de rotation grimpera en flèche. De même, essayez d’anticiper le renouvellement du personnel dû à des départs à la retraite pour ne pas vous retrouver contraint d’embaucher à la va-vite.

Bon à savoir : vous vous en doutez, remplacer un salarié n’est pas gratuit. Entre les charges administratives et le recrutement d’un nouveau collègue, les dépenses peuvent monter jusqu’à 6 mois de salaire ! (Digital Recruiters, 2018).


3. Soignez l’intégration de vos salariés pour qu’ils se sentent bien accueillis

On passe en moyenne plus de 250 jours par an au bureau, vous imaginez les conséquences sur le moral si l’ambiance de travail n’est pas au rendez-vous ? Pour faire diminuer le turnover en entreprise, vous aurez besoin de créer un environnement accueillant et bienveillant pour que chaque collaborateur se sente à l’aise. En tant que membre de la gestion des ressources humaines, prenez le temps d’écouter votre équipe et de réaliser des feedbacks pertinents pour le rassurer.

Plus un salarié se sentira intégré dans une entreprise, moins il aura envie de poser sa démission ou de cumuler les absences. Une bonne intégration signifie aussi que votre collègue comprendra mieux les attentes de l’entreprise et sera en mesure de s’adapter aux demandes.

4. Offrez de réelles perspectives d’évolution et misez sur la transparence

Imaginez être coincé dans des sables mouvants, incapables de vous extirper de votre position… La comparaison est peut-être extrême, mais vous aurez compris l’idée : personne n’aime se sentir immobilisé. Lorsque l’horizon est bouché, il semble logique qu’un collaborateur cherche à évaluer ses options ailleurs. Sondez régulièrement le sentiment de vos collègues à ce sujet lors des entretiens professionnels.

En plus de vous assurer que chaque collaborateur est estimé à sa juste valeur, vous pouvez promouvoir la transparence dans votre communication. Pour ça, pensez à instaurer une grille salariale afin de clarifier les indemnités et les perspectives d’évolutions pour tous les employés. Vous pouvez aussi envisager des primes ou des avantages en nature comme des titres restaurants pour valoriser le travail de chacun.

À noter : pour anticiper les désirs de changement dus à l’ancienneté et organiser une rotation du personnel efficace, songez à améliorer votre programme de mobilité interne.

5. Impliquer vos collaborateurs pour éviter les envies de départs

On l’a bien vu, le manque de considération est un des facteurs qui poussent les collaborateurs à claquer la porte. Pour améliorer la rétention des employés, on ne peut que vous encourager à responsabiliser vos équipes. En donnant davantage d’importance, vous créez une relation durable qui contribue au bien-être au travail. Une preuve de confiance donne généralement envie de se dépasser. Et qui dit plus grand engagement, dit fidélisation et donc un turnover limité.

6. Respectez l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée

Le développement du télétravail a mis en évidence un point : ce n’est pas évident de séparer le boulot du dodo. Et oui, la frontière entre la maison et le bureau est devenue plus mince, si bien qu’on parvient plus difficilement à décrocher de sa boîte mail. Plus l’équilibre entre vie pro et vie perso devient bancal, plus l’épuisement risque de se manifester. Pour réduire le taux de rotation du personnel, prêtez attention à ne pas trop en demander en dehors des horaires de travail.

À noter : offrir de la flexibilité sur le planning augmente la rétention des salariés.

7. Miser sur la qualité de vie au travail (QVT) avec un environnement motivant

L’idée ici n’est pas forcément de transformer votre espace de repos en salle d’arcade, bien qu’un flipper soit une bonne solution pour se détendre pendant les pauses. Améliorer la qualité de vie au travail englobe un ensemble de mesures qui visent à créer une atmosphère plus stimulante pour les employés.

Plutôt qu’évoluer dans un environnement enfermant et déprimant, la QVT propose de renforcer l’esprit d’équipe, d’aménager les bureaux, mais aussi d’offrir des avantages aux salariés comme les titres restaurant ou les chèques cadeaux.

👇 Les points à retenir
  • écouter régulièrement vos équipes pour vous assurer de leur satisfaction et répondre à leurs attentes ;
  • créer un environnement de travail positif et stimulant pour améliorer la productivité de vos équipes ;
  • valoriser vos salariés pour les fidéliser et éviter qu’ils ne se sentent anonymes au sein de l’entreprise.

En appliquant ces conseils, vous êtes sur la bonne voie pour réduire les départs !

Lisa Vallini