Baromètre QVT : mesurez l’engagement de vos collaborateurs !

3 min de lecture
Mesurez l'engagement de vos collaborateurs

Savez-vous qu’un salarié désengagé coûte 13 340 €/an ? Oui, vous avez bien lu, c’est le montant qu’a dévoilé l’étude sur l’Indice de bien-être au travail en 2007. Même si on était déjà convaincu de l’importance d’améliorer la qualité de vie au travail (QVT) avant, on ne peut désormais que l’être davantage. Pour savoir où vous en êtes au niveau de la satisfaction au travail, rien de tel qu’un baromètre QVT. Qu’est-ce que c’est et comment le mettre en place ? On vous dit tout !

Avant de commencer, qu’est-ce qu’un baromètre QVT ?


Le principe de la qualité de vie au travail (QVT)

La qualité de vie au travail regroupe sous un même intitulé les actions qui permettent de faire rimer amélioration des conditions de travail pour les salariés et performance au travail globale des entreprises. C’est bien beau, mais qu’est-ce que ça signifie au juste ? 


Il existe six piliers au service de l’amélioration de la qualité de vie des travailleurs : 

  1. le contenu du travail en prenant en compte la clarté, le degré d’autonomie, les moyens et la répartition efficace de la charge de travail ;
  2. la santé au travail pour les acteurs des entreprises par le biais d’un environnement de travail sain, le respect des conditions de santé et sécurité ou la gestion des risques psychosociaux (RPS) ;
  3. le climat social et les relations de travail en s’appuyant sur l’organisation de réunions internes, la création d’événements conviviaux et la présence de lieux de pause ;
  4. l’engagement et le management en communiquant et en diffusant les procédures de travail, en étant transparent dans la politique de rémunération ou en partageant des informations sur les changements organisationnels ;
  5. la valorisation des compétences de chacun avec un plan de formation efficace, la mise en place d’entretiens feedback, etc. ;
  6. l’égalité professionnelle avec la conciliation entre la vie professionnelle et vie personnelle, l’aménagement d’horaires flexibles, la parité ou la prise en compte du handicap sur le lieu de travail.

Bon à savoir : 37 % des salariés français estiment que leur entreprise n’est pas suffisamment investie en ce qui concerne la qualité de vie au travail. Il est temps de changer la donne !


Si on regarde de plus près les causes de l’absentéisme et des accidents du travail, on retrouve souvent la présence d’un stress important, d’une surcharge de travail, de problèmes hiérarchiques, d’une mauvaise organisation du travail ou du harcèlement. Tous ces points sont pris en compte dans une démarche QVT pour améliorer les conditions d’exercice, d’où l’importance de la soigner.

Zoom sur le baromètre QVT

Si vous avez lu avec attention notre article pour définir votre démarche QVT, alors vous connaissez la première étape indispensable : établir un diagnostic. Et oui, pour améliorer votre qualité de vie, il faut déjà savoir d’où vous partez. Pour que vos actions aient du sens, il faut qu’elles visent juste. Pour ça, vous pouvez faire confiance au baromètre QVT. 


On s’explique : les baromètres QVT s’appuient sur des questionnaires anonymes pour prendre en compte des facteurs organisationnels et psychosociaux de l’entreprise. L’idée est de sonder l’avis des collaborateurs sur une question de qualité de vie au travail et d’agir en fonction des retours reçus. On ne réalise pas une étude, mais on recueille plutôt une perception, on peut parler de veille sociale.


Adapté aux PME comme aux grands groupes, le baromètre QVT lève le voile sur l’engagement et le sentiment de bien-être au travail. Cette initiative place les salariés au cœur du processus pour les rendre acteurs du changement. En plus d’orienter l’entreprise sur la qualité de vie globale au bureau, ces retours ouvrent aussi des espaces de discussion pour améliorer la situation et envisager des pistes concrètes à mettre en place.


Si on résume, les objectifs d’un baromètre QVT sont de :


Bon à savoir : en tant que premier outil de diagnostic, le baromètre QVT peut être utilisé pour évaluer l’impact d’une expérimentation d’organisation comme le télétravail ou le flex office par exemple.

Les critères à prendre en compte dans votre entreprise

La QVT, c’est un peu comme les bonnes résolutions du Nouvel An : on a toujours tendance à allonger la liste. Pour éviter de se perdre, l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de vie au travail (l’Anact) propose six axes principaux :


On est d’accord, ça laisse encore pas mal de points à évaluer. Pour sortir du brouillard et s’orienter dans ce vaste sujet, il existe des questionnaires préétablis, soit d’un point de vue global, soit sur une thématique particulière. 


Bon à savoir : 3 salariés sur 10 éprouvent moins d’attachement à leur entreprise depuis la crise sanitaire. Il est temps de renouveler l’engagement des salariés, que ce soit dans le télétravail ou au bureau. 

Quelques exemples de questionnaires pour mesurer l’engagement de vos collaborateurs

D’un point de vue global, le réseau Anact-Aract a mis au point un processus d’évaluation de la satisfaction des salariés au travail : la Gestion des perspectives sociales (GPS). 


Le dispositif s’appuie sur un questionnaire de 32 questions autour des thèmes du management, des risques au travail, des conditions et de l’organisation au bureau, de la communication et des relations, ainsi que des perspectives sur le long terme.  


L’objectif est ainsi d’identifier et de hiérarchiser les attentes des salariés dans le but d’éclairer la prise de décision. 


Un autre baromètre standard reconnu est le Questionnaire psychosocial de Copenhague pour évaluer les facteurs psychosociaux de l’environnement de travail, la santé physique et mentale et le bien-être.


La Fabrique Spinoza propose également un Guide pratique des outils de mesure du bien-être au travail. Elle propose ainsi quatre types de démarche, chacune prenant en compte des critères prioritaires distincts :

  1. Les dispositifs inspirés par la santé au travail, que ce soit la prévention du stress au travail et des risques ou des mesures pour réduire l’absentéisme avec le Baromètre bien-être et santé au travail de Malakoff-Médéric, l’Indice de bien-être au travail de Mozart Consulting ou le WOCCQ
  2. Les outils issus de la démarche d’audit social qui se focalisent sur les facteurs de stress socio-organisationnels et le climat social avec l’European Social Label ou le Baromètre du climat social de Mars lab.
  3. Les études à propos de la psychologie positive comme le Baromètre du bien-être au travail (BBET) de Martin-Kruum ou The Happiness Indicator (THI).
  4. Les baromètres provenant d’analyses empiriques du terrain comme avec le label Great Place to Work

A retenira retenir
  • la qualité de vie au travail regroupe à la fois les sujets liés au contenu du travail, à la santé au travail, aux compétences, à l’égalité professionnelle, au management du travail et au climat social ;
  • le but d’une démarche QVT est de prévenir des risques professionnels et psychosociaux afin d’assurer la santé et la sécurité au travail ;
  • pour entamer une démarche QVT durable et efficace, il est essentiel de déterminer le point de départ de l’entreprise ;
  • le baromètre QVT est un questionnaire anonyme destiné aux employés pour donner un avis sur les différents thèmes de la qualité de vie au travail ;
  • en tant qu’outil de diagnostic, le baromètre QVT dresse un état des lieux et oriente les actions de l’entreprise dans un but de travailler sur l’amélioration des conditions de travail.